Vous venez d'ajouter ce produit à votre panier.
ArticleRéférencePrix UnitairePrix Total HT

Continuer mes achats Voir mon panier
Ces produits pourraient vous intéresser

Le cheminement et les ERP : cas pratique pour l'accessibilité

Date de modification : 30 mars 2017

Accueillir des personnes à mobilité réduite dans un lieu public exige un certain nombre de normes, notamment au niveau du cheminement. Depuis le 1er juillet 2007, les espaces publics et l’ensemble de la voirie ouverte à la circulation publique doivent être accessibles aux personnes en situation de handicap. Cet article regroupe tout ce qu’il vous faudra savoir en terme de cheminement (revêtement, dalles, bordures…)

Les cheminements horizontaux

handicapés trottoirs

Le trottoir et la voie d'accès aux bâtiments

  • La largeur : Toutes les rues et les routes doivent comporter un trottoir praticable. Celui-ci doit offrir une largeur libre de 1,50 m minimum permettant une circulation aisée des usagers, le déplacement d’un fauteuil roulant et le croisement de celui-ci avec d’autres piétons.
  • La largeur nécessaire pour que 2 personnes se croisent ou qu’un fauteuil roulant électrique puisse effectuer une rotation est de 1,80 m.
  • En France, il est souhaité que les trottoirs aient 2,50 m de large.
  • La hauteur : La hauteur libre minimale est de 2,20 m.
  • Le dévers : la pente, pour éviter une fatigue inutile surtout aux piétons PMR, les pentes transversales ne doivent pas dépasser 2 % pour les ERP Neuf et 3% pour les ERP existants.
  • Les obstacles : il est recommandé d’éviter tout obstacle (poteaux, trous, ...) sur les passages et surtout d’éliminer tout obstacle qui présenterait un danger pour une personne aveugle ou malvoyante.

entrée d'immeuble accessible

Les revêtements

  • Le sol doit être le plus plan et sa nature la plus stable possible : Le manque de consistance du sol rend la marche pénible et rend le déplacement en fauteuil roulant difficile. Les sols trop meubles tels que les gravillons, la terre battue, le sable ou l’herbe, sont à proscrire car soumis à l’érosion et sensibles aux intempéries.
  • Le revêtement doit être non glissant. Un revêtement antidérapant est recommandé afin de maintenir l’adhérence des chaussures, des roues et l’extrémité des cannes et des béquilles même lorsque le sol est mouillé.
plaque d'égouts un soucis pour les fauteuils roulants

Les trous, creux, ressauts, fentes

  • Il est essentiel que le cheminement ne comporte ni trous ni fentes excédant la largeur de la roue d’un landau, d’un fauteuil roulant ou l’embout de la canne d’un aveugle. C’est pourquoi, il est recommandé de choisir des modèles de grilles dont la largeur des fentes n’excède pas 2 cm.  Attention par exemple aux plaques d'égout, avaloirs etc...
  • Les fentes doivent être placées perpendiculairement ou en oblique par rapport au sens de la progression, pour la grille de caniveau à l’entrée d’un bâtiment et la grille d’entourage d’arbres.
dalle striée

Les dalles de repérage (d’orientation)

  • Au cas où aucune ligne de conduite naturelle n’est présente, une ligne guide peut être construite grâce aux dalles de repérage. Une telle ligne de conduite artificielle consiste en un matériel de recouvrement (dalles striées en béton) permettant aux utilisateurs aveugles et malvoyants de s’orienter. Elles ont, pour ces personnes, une signification bien particulière.
  • Le profil de la dalle striée doit être placé un peu plus haut que le recouvrement normal (± 0,5 cm), dans la direction de la marche, en continu et sur une largeur de 60 cm. En outre, elles doivent être placées de manière à être le plus rectiligne possible.
dalles podotactiles

Les dalles d’éveil à la vigilance

  • Pour attirer l’attention sur la présence d’une traversée de route ou d’un danger, par exemple un escalier descendant ou un bord de quai, des dalles avec protubérances en béton d’une couleur contrastée par rapport à l’environnement sont recommandées sur toute la largeur de l’obstacle. Cet équipement d’avertissement doit être décelable par la canne blanche et par le pied de la personne handicapée visuelle. Il en existe deux types : les dalles avec protubérances en lignes et protubérances en quinconce. Les premières servent aux changements de direction à angle droit, les secondes à marquer l’arrêt devant un obstacle.
  • Les dalles en caoutchouc (60x60 cm) ne sont pas recommandées pour leur manque de résistance à l’usure et aux intempéries.
fauteuil roulant bloqué par marche

Les bordures

  • La sécurité du piéton exige qu’une limite matérialisée, aussi claire pour lui que pour l’automobiliste, indique la séparation entre son espace et la voie carrossable.
  • La hauteur maximale des bordures entre la chaussée et une voie de circulation piétonne est de 0,18 m par rapport au niveau de la chaussée.
  • S’ils ne peuvent être évités, les ressauts des bordures doivent être bien signalés et présenter des bords chanfreinés à 45°ou, mieux, à 30° lorsque c’est possible. Leur hauteur totale ne peut dépasser 2 cm .
  • L’écart entre deux ressauts doit rester inférieur à 0,40 m et deux ressauts ne peuvent pas se reproduire à moins de 2,50 m.

Restons connectés
Ces produits pourraient vous intéresser

Une entreprise
solidaire et engagée

La démarche sociale et solidaire d'Handinorme
s'inscrit dans le cadre de la lutte contre les exclusions.

L'apprentissage du métier d'opérateur logisitique
dans une entreprise protégée, sur-encadrée et exigente,
va être l'amorce d'une insertion sociale et professionnelle durable.

En savoir plus sur l'entreprise